Jean-Pierre Vigier Député de la 2ème circonscription de la Haute-Loire
Jean-Pierre Vigier député de la 2ème circonscription de la Haute-Loire
Suivre l'actu de J.P. Vigier

Newsletter
Réduire la taille du texte Taille du texte normale Augmenter la taille du texte
Taille du texte

Journée d’action des communes 19 septembre 2015 Baisse des dotations de l’Etat : la mort annoncée des communes rurales.

//Communiqués de presse

Le gouvernement demande au bloc communal de supporter pratiquement 60% de la baisse des dotations de l'Etat alors qu’il réalise 60% de l'investissement public local et représente moins de 10% de la dette publique.

Avec la baisse de 30% des dotations de l'Etat aux collectivités territoriales, les communes et intercommunalités subissent une grande partie de cette ponction. C'est ainsi que sur les 3,67 milliards d'euros de baisse attendue dans le projet de loi de finances qui arrive, 2 milliards seront supportés par le bloc communal. Cet effort est demandé sans prendre en compte la capacité financière de chaque collectivité. C'est clairement le signe de la mise à mort des communes, la fin annoncée de la proximité.
Réduire drastiquement les dotations des communes porte un coup dur à l'investissement. La baisse des dotations s'est ainsi déjà traduite par une baisse de l'investissement de celles-ci de 12,4% en 2014. Si aucune mesure n'est prise, cela pourrait chuter de 30% d'ici 2017.
 L'investissement public  des communes, c'est faire travailler notre économie locale, nos artisans locaux,  nos petites entreprises et donc maintenir le tissu économique, nos services et tout simplement la vie sur nos territoires ruraux.
La baisse des dotations aura aussi des conséquences sur les services à la personne. Les élus sont obligés de réduire leurs subventions aux associations. Or que seraient l'accueil de la petite enfance, la mise en œuvre de la réforme des rythmes scolaires, l'animation des territoires sans les associations?
Et on ne peut pas diminuer les budgets de fonctionnement des communes en milieu rural. Il n' y a pas de marge de manœuvre. Penser le contraire traduit une vision uniforme du territoire, loin des réalités de notre ruralité.
 
Il est certes nécessaire de réduire les déficits et les dépenses publiques. Il faut toutefois tenir compte des spécificités des territoires et faire des économies là où c'est possible et nécessaire.
Enfin, parmi les mesures essentielles désormais, il faut geler les normes. De plus, les élus ruraux doivent pouvoir montrer leur quotidien, leur réalité et leurs contraintes souvent ignorés de Paris. La réforme prévue des dotations de l’Etat doit ainsi se faire dans la concertation la plus large possible et la péréquation la plus juste entre tous les territoires.
//////////////////////////////////////////////////////////
L'association

A l'initiative de l'association Ensemble pour la 2eme circo, Jean -Pierre VIGIER a retrouvé des élus [...]

//////////////////////////////////////////////////////////
    Il n'y aucun événement en cours dans l'agenda
    Tout l'agenda [+]
    Jean-Pierre VIGIER Député de la 2ème circonscription de la Haute-Loire